Télémédecine et soins ambulatoires : quelle éthique pour quels soins ?

Pratique médicale à distance, la télémédecine s’est considérablement développée en France. Elle se compose de cinq actes représentant des modes et finalités d’utilisation des technologies de l’information et de la communication en médecine. La téléconsultation et la télé-expertise sont entrées dans notre droit commun après une période d’expérimentation, respectivement en septembre 2018 et en février 2019.

Ses partisans voient ce nouvel abord du soin comme une réponse aux défis de notre temps tels que le vieillissement de la population, le suivi des maladies chroniques et les déserts médicaux.  Elle contribuerait également à une meilleure coordination des soins et permettrait une prise en charge au plus près du lieu de vie du patient. En outre, ce nouveau mode d’exercice de la médecine s’inscrit dans le « virage ambulatoire », annoncé  dans la loi de modernisation de notre système de santé.

Mais peut-on dire qu’il s’agit d’une autre manière de soigner et sa « modernité « est-elle gage d’une nouvelle réalité thérapeutique ?

Certains redoutent cette intrusion technologique dans la relation humaine et craignent une déshumanisation de la médecine. En effet, l’essor de la télémédecine modifie profondément le modèle relationnel classique entre le patient et le médecin. Ce changement de paradigme réarticule cette relation qui implique désormais des personnels techniques et des technologies de pointe. Quelles en sont les conséquences sur l’interaction médecin/patient ?

A l’heure où la télémédecine reste encore source de tension entre technophobie et technophilie, un cadre juridique européen souhaité par la commission européenne en 2012 dans le « plan d’action pour la santé en ligne 2012-2020 » devrait voir le jour en 2020.

L’objet de ce colloque est d’analyser les concepts directeurs de la télémédecine et de la démocratie en santé puis de dresser un état des lieux de certaines de ses applications. Cette journée croisera différents regards institutionnels, juridiques, et le vécu quotidien en tant que patient ou professionnel.

 

Mémoire de Lauriane DERRIEN, stagiaire à l’EREB, avril-juin 2019 : LES ENJEUX ÉTHIQUES ET JURIDIQUES DE LA TÉLÉMÉDECINE