« Les proches du patient en santé mentale : quelles(s) place(s) et quel(s) enjeux éthiques dans le soin ?

Café éthique à Saint Brieuc,

Le 25 novembre 2021

Argumentaire

Aujourd’hui, le partenariat avec les familles s’impose comme une évidence incontournable dans les soins et plus particulièrement en santé mentale.
Cette triade soignant/soigné/famille est un élément fondamental voire une nécessité à prendre en compte dans une situation de soin. Elle commence dès la première minute de la prise en charge. Sa qualité et son efficacité sont primordiales, elles constituent le fondement et présument de la construction possible d’une relation de confiance et donc la perspective d’un lien thérapeutique durable.Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) :  » les maladies chroniques constituent la principale source d’incapacités physiques, mentales, sociales dans le monde. Les maladie mentales, se classent au 3ème rang des maladies en terme de prévalence et sont responsables du quart des invalidités… »
Les proches constituent des piliers, tels les maillons d’une chaîne et jouent un rôle social important dans l’accompagnement quotidien. Ainsi, le psychologue Abraham Maslow souligne « l’importance de l’environnement familial et social dans la satisfaction des besoins de tout être humain ».
Souvent, on observe le désarroi et les inquiétudes des familles dont l’un des membres souffre de graves problèmes psychiques. Cette souffrance de la famille doit trouver un écho favorable auprès des soignants afin de permettre à celle-ci de se sentir soutenue, écoutée pour tenir le coup.
L’évolution de la pratique psychiatrique, la politique de l’inclusion sociale des personnes souffrant d’handicaps psychiques associés à la fermeture des lits, parfois avec ouverture de structures alternatives vers l’extérieur, amènent une cohabitation régulière entre les patients et leurs proches. Afin d’optimiser une prise en soin quelle qu’elle soit, en structure, en ambulatoire, au domicile et en réseau, l’alliance entre les soignants, la personne prise en charge et la famille s’avère indispensable.
Par exemple : Aux Pays-Bas, les règles sont claires et précises, le patient et la famille doivent être informés « tant de façon verbale qu’écrite sur la maladie de la schizophrénie, sur le traitement appliqué, sur les résultats attendus du traitement et les effets indésirables possibles des médicaments… ».
De plus en plus d’aidants ont compris l’enjeu majeur de leur implication dans le processus de Réhabilitation Psycho-sociale de leur proche et demandent à être associées aux divers programmes tels que (l’accompagnement des familles, la psychoéducation, la thérapie familiale…).

 

  • Quelles sont les attentes des proches aidants dans une relation de prise en soin des patients ?
  • Quels sont les enjeux éthiques de la triade soignant/soigné/famille ?
  • La relation soignant/soigné/famille/proches, quelles sont les limites, que dit le droit ?

 

Programme en cours de finalisation