• Notre mission

    L’Espace de réflexion éthique régional de Bretagnea quatre missions définies par la loi du 6 août 2004. Missions de formation et d’information, de documentation, de rencontres et d'échanges interdisciplinaires sur les questions d'éthique dans le domaine de la santé ; participation à l'organisation de débats publics afin de promouvoir l'information et la consultation des citoyens sur les questions de bioéthique ; enfin, mission d'observatoire régional des pratiques au regard de l'éthique. Voir la convention constitutive de l'EREB Voir la liste des membres de l'EREB...

    En savoir plus

Espace éthique de la FHF - Avis sur les contraintes éthiques des directives anticipées contraignantes concernant une personne atteinte d’une maladie grave

 

> Espace éthique de la Fédération Hospitalière de France (FHF) : « Avis sur les contraintes éthiques des directives anticipées contraignantes concernant une personne atteinte d’une maladie grave », publié le 24 février 2016, FHF, Organisation de l'offre de soins, Directives anticipées, en ligne

> Les directives anticipées, un « outil de dialogue » entre malade et médecin ?, Gènéthique, Fin de vie, Synthèse de presse bioéthique du 25 février 2016, en ligne

 

L’espace éthique de la FHF, animé par le Pr Régis AUBRY et regroupant une douzaine de professionnels hospitaliers, a présenté au CA de la FHF le 27 janvier dernier, son avis sur les directives anticipées.

Discutée pendant les débats parlementaires sur la loi créant de nouveaux droits en faveur des personnes en fin de vie, et en parallèle des travaux de la Haute Autorité de Santé visant à proposer un formulaire type de déclarations anticipées, cet avis insiste sur l’intérêt majeur de ce dispositif renforcé, et en particulier l’outil de dialogue que ces directives anticipées constituent.

Toutefois, alors que les textes d’application de la loi vont être prochainement discutés, l’avis pointe également les risques de dérive du dispositif et ce qui au contraire faciliterait la diffusion pertinente des directives anticipées (DA).

« La problématique éthique est donc la suivante : le manque de temps, le manque de disponibilité, le manque de formation du médecin à la communication en situation complexe, la non-reconnaissance et la non-valorisation effective de l’acte de communication comme un acte soignant à part entière, ne risquent-ils pas de conduire à un dévoiement de l’outil potentiel que sont les DA, qui pourraient ne devenir alors qu’un formulaire de nature administrative toujours proposé mais renseigné de façon inadéquate? Le résultat paradoxal pourrait également être que les DA deviennent contraignantes alors qu’elles ne seraient pas issues d’un cheminement progressif et partagé. Le résultat probable sera dans ces conditions que peu de professionnels de santé soutiendront le dispositif et peu de personnes écriront des DA. »

Les actualités

Toutes les actualités

À noter

Voir toutes les notes