• Notre mission

    L’Espace de réflexion éthique régional de Bretagnea quatre missions définies par la loi du 6 août 2004. Missions de formation et d’information, de documentation, de rencontres et d'échanges interdisciplinaires sur les questions d'éthique dans le domaine de la santé ; participation à l'organisation de débats publics afin de promouvoir l'information et la consultation des citoyens sur les questions de bioéthique ; enfin, mission d'observatoire régional des pratiques au regard de l'éthique. Voir la convention constitutive de l'EREB Voir la liste des membres de l'EREB...

    En savoir plus

Technologies d’édition du génome et modifications héréditaires (cellules germinales et embryonnaires) : CRISPR-Cas9 - Février 2016

 

> ARCHIMÈDE L., Les autorités britanniques autorisent la manipulation d'embryons humains par la méthode Crispr-Cas9, Le Quotidien du Médecin.fr, Actualités, 2 février 2016, en ligne

> MORIN H., Des manipulations génétiques d’embryons humains autorisées au Royaume-Uni, le Monde.fr, Science et Techno, M Sciences - Biologie, 1er février 2016, en ligne

> SERGENT D., Questions autour de l’expérimentation sur l’embryon humain, La Croix.com, Sciences, Ethique, 1er février 2016, en ligne

Une équipe de l’Institut Francis-Crick, à Londres, a reçu le 1er février de l’Autorité pour l’embryologie et la fertilisation humaine britannique (HFEA) l’autorisation de procéder à des manipulations sur des embryons humains, à l’aide d’une nouvelle technique d’ingénierie du gène, Crispr-Cas9. Il n’est pas question d’implanter ces embryons dans un utérus, mais d’observer les anomalies induites par le « knock-out », l’inactivation des gènes ciblés, dans le but de mieux comprendre certaines formes d’infertilité.

En avril, une équipe chinoise avait annoncé l’avoir utilisée sur des embryons humains non viables, pour voir si cette technique permettrait d’enrayer une maladie génétique du sang, la bêta-thalassémie. Cette annonce avait lancé une série de débats sur la possibilité de créer des bébés génétiquement modifiés et d’altérer la lignée humaine en modifiant les cellules germinales.

 

> SERGENT D., Le Crispr-Cas9, outil génétique révolutionnaire et… dangereux, La Croix.com, Sciences et Ethique, 9 février 2016, en ligne

> ROZIERES G., CRISPR-Cas9, une révolution génétique qui promet beaucoup (et pose de nombreuses questions), Huffingtonpost.fr, Le HuffPost, C’est demain, 24 janvier 2016, en ligne

Crispr-Cas9 est issu de la nature, puisqu’il s’agit d’une adaptation d’un mécanisme de défense des bactéries : Couper pour enlever un « gène malade » chez l’homme, le remplacer par un gène correcteur, inactiver un gène ou encore ajouter un gène étranger à des fins thérapeutiques, industrielles ou environnementales chez la bactérie, la plante ou l’animal.

Mais « l’édition du génome » pourrait aussi, en théorie, être appliquée directement sur les cellules reproductrices. Ce qui permettrait de transmettre de nouveaux caractères génétiques (« bébé sur mesure ») à la descendance et modifierait l’évolution de l’espèce humaine. Une manière d’aller vers « l’homme augmenté » cher aux idéologies transhumanistes par exemple.

Les actualités

Toutes les actualités

À noter

Voir toutes les notes